dimanche 23 octobre 2011

Randonnées en Aubrac avec nos amis Soubrier Octobre 2010


L'Aubrac situé au Sud du Massif Central est étalé sur 3 départements : Lozère, Aveyron et Cantal (une faible part, la région de St Urcize). C'est un vaste plateau limité au nord par la Vallée de la Truyère et au sud par la Vallée du Lot. D'une altitude moyenne de 1000 m à 1400 m, l'Aubrac culmine à 1469 m au signal de Mailhebiau (Lozère) et 1440 m aux Trucs d'Aubrac (Aveyron). Le climat est typiquement montagnard, avec des hivers longs et rudes où la neige envahit le plateau balayé par la tourmente. Mais dès le printemps, la végétation renaît riche d'une flore exceptionnelle, abritant plus de 1000 espèces de plantes dont certaines sont très rares.
Grands pâturages, boraldes, lacs, cascades, forêts et tourbières, voilà l'Aubrac, pays de silence et de mystère qui fascine toutes les âmes amoureuses de la nature.
Mais qu'est-ce donc que l'Aubrac ? un plateau, un hameau, une vache, un fromage ? tout cela à la fois.

Jusqu’aux alentours de l’an 1000, l’Aubrac était couvert de forêts de hêtres et de sapins. Un dénommé Adalard, comte d'origine flamande, à fonder au voisinage du point le plus élevé, une abbaye pour protéger les pèlerins. Cette abbaye fut construite par des moines en 1120. On l’appella Abbaye d’Aubrac. Il n'en reste que l'église romane, un bâtiment du XVe siècle transformé en maison forestière, une tour carrée dite "Tour aux anglais" qui aurait été bâtie vers 1350 pour pour protéger la dômerie des attaques des anglais (pendant la guerre de 100 ans).

Les moines défrichèrent au fur et à mesure autour de leur abbaye. Ces espaces déboisés étaient trop en altitude pour cultiver de façon rentable des céréales. Par contre, l’herbe poussait bien et était très riche. C’est ainsi que l’élevage a commencé grâce à la race Aubrac : une race rustique, très résistante. Elle a longtemps été utilisée pour des travaux de force.
Il y a plusieurs siècles, on désignait par Aubrac ou Laguiole à la fois les vaches et le fromage.
Le Laguiole est un fromage au lait de vache cru et entier, il a une forme ronde et pèse environ 45 kg. Il trouve ses origines vers l'Antiquité mais c'est vers le XIIè siècle que les moines de la dômerie le produisent de façon plus sérieuse. Il sera fabriqué dans les "Mazucs" (burons) répartis dans les pâtures de l'Aubrac.
Quant à l'Aligot, lorsque le pèlerin sur la route de St Jacques de Compostelle, arrivait affamé, il frappait à la porte de la dômerie et demandait en latin "Aliquid" ce qui signifiait quelque chose à manger. Ce terme au travers des ans est devenu aliquot puis en occitan aligot.

La transhumance. Jadis, les troupeaux sauvages, guidés par leur instinct, suivaient la piste des herbages les plus abondants, ils transhumaient vers les pâturages d'altitude du Massif Central. Au fil des millénaires, ils imprimèrent leur empreinte entre taillis et buissons se frayant un chemin, nommé draille. Plus tard, l'homme devenu pasteur accompagna lui même ses bêtes. Ainsi donc le 25 mai, à la Saint-Urbain, les étables du pays se vidaient, les vaches astiquées, parées de plumets, de pompons, de fleurs, de branchage de rubans, partaient pour l'estive...
L'estive durait théoriquement jusqu'au 13 octobre, jour de la Saint-Guiral. Pendant tout ce temps, vaches et veaux étaient gardés par les buronniers dans des burons : au départ, une simple cabane, elle devient plus solide avec un toit très bas en lauze. C'est là qu'était fabriqué le Laguiole d'Aubrac, affiné dans la cave du buron.
Avec nos amis, nous avons effectué de belles randonnées :


- ---------
---Eglise de Nasbinals---------Détail du chapiteau-------------Brûme matinale -----------------Refuge des Rajas ------------Saint Côme d'Olt------------------------------ -
-Portail de l'église St Côme d'Olt --Modillon de la chapelle des Pénitents ---Cul de four de l'église d'Aurelle------Château de la Baume -------------Le Château du Bousquet

- le chemin des granges à Nasbinals : une visite à l'église romane de Nasbinals, puis nous cherchons notre chemin après le foirail.... petit détour sur le plateau et nous rejoignons le chemin des granges à travers les pâturages de Nasbinals et ses granges.
- Le Pic de Mus : départ à St Laurent du Muret puis les hameaux de Chantegrenouille avec son travail à ferrer en pierres, Sinière Planès, puis Taupinet et son beau four à pain bien restauré, également de belles maisons anciennes. La fin du parcours est assez sauvage et nous avons une belle vue sur le Pic de Mus.
- Saulieux au départ de St Côme d'Olt : un circuit facile et varié alternant paysages en sous-bois et larges points de vue. Cette balade nous a marqués par son intérêt patrimonial : de beaux villages : Saint Côme sur le bord du Lot (son église, sa mairie - ancienne demeure seigneuriale, la chapelle des pénitents), les hameaux de Saulieux (de très belles demeures anciennes restaurées), puis celui fortifié de Flaujac (enceinte couronnée de machicoulis, remparts), puis Lévinhac.
- la chapelle d'Aurelle au départ de Rieuvals : un beau sentier muletier dessert ce hameau abandonné. Une très belle église romane a été restaurée par les Compagnons du Devoir. La restauration de quelques maisons préservent l'authenticité du lieu. Retour par un joli sentier bien raide dans une hêtraie.
- Le signal de Mailhebiau (1460 m) : cheminement dans les pâturages avec les belles Aubrac ; solitudes du Mailhebiau où culmine l'Aubrac et où le Bès prend sa source. De beaux burons ("les Rajas" restauré en refuge sur le GR60) des rochers et bien sûr la belle croix de la Rode.
- une petite visite au Château de La Baume nommé le "Versailles du Gévaudan" en fin d'après midi après avoir récupéré René à Usanges (il vient de terminer son stage photo avec Aguila). Petite balade à l'étang de la Baume, puis le hameau de Trémouloux sous un soleil automnal.
- le château du Bousquet près de Laguiole, dernière randonnée (René est de la partie) : départ de la rando, au village de St Rémy de Montpeyroux, puis nous empruntons des sentiers bordés de houx qui nous mènent aux hameaux de Lindières et Giscard. (belles fermes). Puis nous gagnons Montpeyroux et le château du Bousquet (13è et 14è siècle en très bon état).
Mais la région est bien sèche pour la saison et donc peu propice à la poussée des champignons. A défaut de champignons, nous avons fait une belle récolte de noix, chataîgnes, et noisettes.

Stat