samedi 24 novembre 2012

Randonnée sur le Plateau de Millevaches (Corrèze)

Nous nous retrouvons une nouvelle fois à l'automne avec nos amis Soubrier pendant une semaine pour randonner (du 20 au 26 Octobre 2012). Cette année notre choix s'est orienté sur le Plateau de Millevaches, le contrefort du Massif central. Il forme les montagnes limousines. Il s'étend sur 3 départements : Creuse, Corrèze et la Haute-Vienne. Pays de l'arbre et de l'eau, le plateau de Millevaches est un espace naturel riche en paysages : sources, rivières, lacs et étangs, forêts, tourbières et landes. Il fait partie du PNR (Parc Naturel Régional) de Millevaches et a une superficie de plus de 3300 Km2 et ses sommets varient entre 400 et 1000 m d’altitude. Son territoire est constitué de milieux naturels où alternent tourbières, landes sèches à bruyères, forêts de feuillus, prairies où paissent vaches et moutons de race limousine.
Le plateau, gorgé d'eau, donne naissance à une quantité de sources alimentant de nombreuses rivières et ruisseaux du bassin de la Loire et de la Dordogne  :
  • La Vienne, près du village de Millevaches ;
  • La Corrèze, dans la commune de Bugeat ;
  • La Creuse, dans la commune du Mas-d'Artige.
D'autres rivières importantes telles que la Vézère et le Taurion ont également leurs sources sur le plateau granitique de Millevaches.
Nous avons visité de jolis villes et villages aux maisons typiquement limousines construites en granit, tels que Eymoutiers au bord de la Vienne, Rempnat, Tarnac, .... Notre gite, une maison ancienne très bien restaurée,  était situé au hameau du Freysinnet, commune de Tarnac en Corrèze. Nos propriétaires ont été particulièrement accueillants et généreux. Voici quelques randonnées effectuées lors de notre séjour (au total environ 120 Km) :
- une randonnée autour du hameau du Freyssinet sur la commune de Tarnac,
- le puy Murat autour de Tarnac et du château du Mazeau,
- un circuit autour du Lac de Vassivière au départ de Beaumont du Lac,
- la tourbière de Longeyroux (c'est la plus vaste du Limousin : 250 ha),
- le chemin de l'eau à Faux La Montagne,
- Moulins et rochers de Servières (près de Tarnac).
Tout au long de nos balades, nous avons ramassé de nombreux cèpes de Bordeaux : la récolte s'est élevée à plus de 25 Kg....
Pour les curieux, vous pouvez cliquer sur ce le diaporama ci-après :

vendredi 19 octobre 2012

Cueillette des champignons dans l'Aigoual près de Camprieu

Beaucoup d'amanites tue-mouches cette année
Nous profitons du bel automne de cette année pour aller randonner sur l'Aigoual. C'est l'année des champignons... Nous en profitons et partons,  le samedi 6 Octobre, à la recherche et à la cueillette des cèpes de Bordeaux. A l'Espérou, nous prenons la direction de la route de Camprieu. Il y a du monde cette année mais la récolte est toutefois bonne. (3 kg). Nous décidons donc d'y retourner la semaine suivante car les cèpes ont fait de belles poussées (mais un vendredi). L'automne est bien arrivé et il y fait froid au col de la  Serreyrède, mais encore une fois la chance nous sourit et notre panier se remplit rapidement avec de beaux bouchons (4 Kg).
Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama suivant :

Sortie Archéologique à Cabrières le 27 Septembre

Paul Ambert nous a invités à une sortie archéologique à Cabrières (près de Clermont l'Hérault), un patrimoine géologique et archéologique.   Le village est situé en bas du Pic du Vissou, et du Pioch (pic) de la Cisterne, sur lequel se dressait son ancien château. Il est arrosé par la rivière Boyne (affluent de l'Hérault). Les mines de cuivre étaient exploitées dans l'antiquité. Des traces de cette exploitation subsistent encore.
Les roches de Cabrières sont parmi les plus anciennes du Languedoc, comprises entre 325 et 500 millions d'années. Nous avons commencé par nous rendre sur le site néolithique de fouilles de Péret au lieu dit la « Capitelle du Broum ».
Après l'arrachage d'une parcelle de vigne des archéologues, qui avaient déjà trouvé dans le secteur des scories comparables à d’autres sites métallurgiques locaux, ont mené une campagne de fouilles permettant de mettre à jour ce site unique en France. Depuis 1998, plusieurs campagnes de fouilles, coordonnées par notre ami Paul AMBERT, (Directeur de Recherches service anthropologie du CNRS de Toulouse) se sont succédées. Marie, notre guide nous a expliqué l'agencement de ce site métallurgique (3000 ans av. JC) : fouille à l'intérieu​r des cabanes d'habitati​on délimitées par les soubassemen​ts des murs. Nous avons pu voir les restes de fours. Après le déjeuner sur l'herbe avec l'équipe de Marie, les éudiants et Salvador (le spécialiste espagnol des fours) nous nous sommes rendus au site de la Roussignol​e, un autre site de fouille situé près d'une mine de cuivre puis un arrêt à la cave de Cabrières.
Pour en savoir plus sur ce site et les fours métallurgiques, cliquez sur le diaporama suivant :  

lundi 17 septembre 2012

Randonnée à Soumont le 16/09/2012

Nous profitons de la journée du Patrimoine pour nous rendre à la "Savonnerie" de Lodève, (Manufacture Nationale) en compagnie de Karmadine . Un guide nous attend pour la visite de l'atelier. Elle a été créée en 1964 pour accueillir des femmes de harkis et transformé en 1966 en Atelier National de tissage dépendant des Gobelins. Les femmes sont formées pour devenir des lissiers. Les tapis sont exécutés sur des métiers verticaux appelé" métier de haute lisse". La réalisation d'un seul ouvrage demande en moyenne 1 à 2 ans de travail mais peut atteindre de 5 à 10 ans pour la reproduction de tapis de style Louis XIV. Le chef d'atelier s'est  battu pour que cet atelier  ne soit pas fermé. Les pièces uniques sont destinées à enrichir le mobilier de l'Etat (ambassades, ministères, cérémonies officielles...). Puis nous avons randonné de Soumont au Prieuré de Grandmont. Randonnée qui devait être courte mais qui s'est avérée longue.... variante non balisée...et quelques erreurs de navigation... Prévue pour 7 km mais nous avons dû en faire bien 12 ou 13. Une cueillette de figues s'est imposée au départ du village puis après le calvaire nous avons emprunté de nombreux sentiers sans trouver le bon... Après un  belle descente et une traversée de 2 rivières, nous avons remonté un sentier escarpé pour déboucher dans les anciennes carrières de grès ! Nous avons gagné ensuite le prieuré pour revenir sur Soumont (mais avec des détours !)...
Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama ci-après : -----

mercredi 12 septembre 2012

Alsace Août 2012

Après la Franche-Comté et le mariage de Jean-Baptiste et Lydie, nous prolongeons ce week-end par une semaine en Alsace à Linthal près de Guebwiller. Nous profitons du temps ensoleillé en début du séjour pour faire quelques randonnées sur les ballons d'Alsace, plus particulièrement celui du Petit Ballon (1272 m). Nous sommes partis de Linthal et avons gagné le refuge des amis de la Nature de Guebwiller puis la ferme du Rothenbrunnen. Très belle montée dans les chaumes, 750 m de dénivelé pour 16 km théorique, mais une erreur de navigation en rajoutera 3. Une balade également dans le Markstein à l'abbaye de Murbach, un des grands chefs-d'œu​vre de l'art roman rhénan.
Puis le temps devenant maussade (mais sans pluie), nous explorons l'Alsace et ses villages lovés dans les vignobles : Eguisheim, Kayserberg, Ribeauvillé, Riquewir mais surtout les petits villages comme Bergheim, Gueberschwir, Nidermorschwir.  Nous sommes tombés sous le charme de Colmar avec ses maisons à colombages, ses balcons fleuris. Autre trésor à découvrir : "La Petite Venise" dédale charmant de petits canaux . C'est la cité natale du sculpteur Bartholdi (auteur de  la statue de Liberté à New York). A voir également le Musée Unterlinden et son fameux retable d’Issenheim. Une visite s'imposait également au chateau du Haut Koenigsbourg, perché à 740 m.  Edifié au XIIe siècle, le château du Haut-Koeni​gsbourg fut pendant des siècles le témoin de conflits européens et de rivalités entre seigneurs, rois et empereurs. Détruit en 1462, les Habsbourg confient ce château fort aux Tierstein. Ceux-ci le reconstrui​sent et l'agrandis​sent, mettant en place un système défensif conçu pour faire face à des tirs d'artiller​ie. Assiégé, pillé puis incendié en 1633, le château fort est abandonné pendant deux siècles. Après l'annexion de l'Alsace à l'Allemagne en 1871, Sélestat offre les ruines encore majestueuses du château fort à l'empereur Guillaume II en 1899 qui le fit restaurer par l'architecte  Bodo Ebhardt.  En 1919, lors du Traité de Versailles, le Haut-Koenigsbourg devient propriété de l'Etat français.
Nous n'avons pas manqué non plus de nous rendre au  site du Vieil Armand (ou Hartmannswillerkopf : HWK dans le jargon militaire) qui est le témoin parfaitement conservé des atrocités de la Première Guerre Mondiale. Nous conseillons notre chambre d'hôtes chez Claudie et Yves à Linthal où nos hôtes ont été très accueillants et les petits déjeuners très copieux et variés : de très belles variétés de pains alsaciens (aux fruits secs, brioches, confitures maison) et également une excellente "baeckoffe" servie à la table d'hôtes.  
Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama ci-après :

mardi 26 juin 2012

Plateau de Guilhaumard : circuit Le Mas Reynal/La Résurgence de la Sorgues Juin 2012

Le plateau Guilhaumard jouxte le plateau du Larzac au SO. Nous sommes partis du Mas Raynal, joli hameau aveyronnais.
Nous empruntons au début un sentier serpentant entre les buis et les rocailles puis nous traversons le causse et ses rochers ruiniformes par une piste. Il est encore couvert de fleurs en cette saison (fin juin). Puis nous sommes descendus par la hêtraie de la Roque Haute et pique-nique au bord d'un ruisseau avant St Rome de Berlières. Après avoir traversé ce village, nous avons longé  la rivière La Sorgues. Nous découvrons les bassins de la pisciculture tout en amont et nous nous dirigeons vers une énorme bâtisse : le château de Sorgues (transformé en chambres d'hôtes de charme). 

Château de Sorgues
Puis on découvre la résurgence au fond du vallon, au pied de la falaise. La Sorgues jaillit hors de la roche avec un débit impressionnant. La rivière souterraine vient de l'un des plus importants gouffres de notre région, l'abîme du Mas Raynal.  On termine la boucle en remontant par une bonne grimpette vers la ferme des Aires puis le Mas Raynal. Nous retrouvons "Gaby"au retour sur le parking qui nous indique "son sentier" qui serait un raccourci passant au pied de la falaise. Encore à cette époque de nombreuses orchidées : Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis en grand nombre, Cephalanthera damasonium et rubra, hommes pendus Acera anthropophorum, Ophrys aveyronensis, Ophrys abeille Apifera, plathanthère, Neottia nidus-avis orchis nid d'oiseau, orchis brûlé neotinea ustulata.
Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama ci-après. (rappel : clic au centre du diaporama pour l'ouvrir dans une nouvelle fenêtre).


---------------

lundi 25 juin 2012

Bretagne Mai 2012 : Ile de Sein, Ste Anne La Palud, Douarnenez

Ile de Sein
Nous profitons de l'anniversaire de Jeannette pour randonner  à nouveau dans le Finistère. Tout d'abord une belle excursion à l'Ile de Sein. Après une belle traversée calme, nous atteignons l'île de Sein 1 h après avoir quitté l'embarcadère d'Audierne. Nous passons près des phares de la Vieille et de de la Plate, dans l'aligneme​nt de la chaussée de Sein (Pointe du Raz).  Un petit caillou sans buisson, ni arbre, ni culture, juste des murets de pierres sèches et des maisons très colorées aux ruelles étroites. Les rochers sont couverts d'améria rose et de silène blanche.  Le bourg accueille encore 100 personnes durant l'hiver.
Plage de Ste Anne La Palud




Une belle randonnée également à Sainte Anne La Palud, haut lieu de pélerinage breton mais l'église est décevante. En contre partie, nous empruntons un très beau sentier côtier au départ de la plage de Ste Anne en direction de la pointe de Trefeunt​ec. 

De la pointe de la Jument à la pointe de Millier (Douarnenez)
Puis, encore une très belle randonnée aux environs de Douarnenez :  De la pointe de la Jument direction plein ouest vers la pointe de Millier, une côte déchiquetée et sauvage, avec des chaos de rochers battus par la mer et les vents. Des paysages à vous couper le souffle. Un bon exercice de rééducation pour JP car le sentier n'est fait que de montagnes russes bien pentues.
Enfin, une dernière balade au Cabellou, à Concarneau en empruntant le sentier au départ de la chapelle St Fiacre vers Pouldohan.
Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama ci-après :
- ------------------  

 

samedi 5 mai 2012

Une randonnée aux paysages variés à Quissac dans le Gard

Lac de Rouvière
 
 Un circuit de 15 km entre Vidourle, Crieulon, lac et châteaux. Le départ se fait à l'ancienne gare de Quissac puis direction St Théodorit en suivant les balisages du GR. Nous empruntons tout d'abord un sentier à droite de la route qui monte vers des pylones et qui redescend à travers la garrigue au Mas de Sire : une manade. Le sentier traverse des anciennes vignes où paissent des taureaux. Nous traversons le Crieulon, affluent du Vidourle sur un pont submersible puis nous délaissons le balisage du GR pour prendre le "vert et jaune". Nous atteignons le château de Roux aménagé en restaurant et gîtes puis vient ensuite le domaine de Nogarède. Nous traversons un bois et arrivons à une digue où de nombreux pêcheurs tentent de ferrer brochets ou sandres. Un nouveau château se profile à l'horizon. Nous longeons tout d'abord les dépendances du Château de la Rouvière pour l'apercevoir niché dans les oliviers. Très belle restauration. Nous traversons des sainfoins et luzernes et arrivons encore à un château.

Chapelle de Pise

Il s'agit du Château de Florian. Puis nous nous engageons d'abord sur une piste puis sur un sentier très bien aménagé pour aller observer la superbe église réformée de Pise. 
C'est une chapelle style romane qui date de 2006 : très curieux pour un temple protestant. Le domaine d'Ayrolles se détache au loin. Nous y passerons et traverserons une nouvelle fois des luzernes et un bois. La boucleest terminée et nous retrouvons le goudron, nous sommes à 10 mn de notre voiture. 

Château de la Rouvière

Quant à la gare Quissac, un grand nombre de trains y passaient.  Quissac a été une plaque tournante en 1882, la liaison Alès-Montpellier via Lézan et Sommières a donné une importance à cette gare. Elle a permis aux produits locaux en provenance des tanneries, filatures, ganteries, bonneteries et production de laine d'être écoulés. Ce fut aussi le cas pour les produits agricoles comme le vin. Cette ligne a été fermée définitivement aux voyageurs en 1969 et en 1989 pour les marchandises.
Pour ceux qui veulent en savoir plus, un diaporama est en ligne en cliquant sur le lien suivant

lundi 16 avril 2012

Monts du Pilat, Franche Comté et Bourgogne du Sud (Brionnais) Avril 2012

Nous nous remettons en jambe après l'immobilisation de JPierre. Il retrouve la forme et assure sa mission en Franche-Comté. Tout d'abord un petit arrêt dans le Pilat à Annonay puis au Crêt de la Perdrix (avec encore quelques plaques de neige !) avant de gagner Lyon pour retrouver Claire et Mikaël. Puis à nouveau une randonnée avec les jeunes dans les Monts du Pilat à Doizieu (région du Gier). Malgré un temps un peu frisquet et dans le brouillard, nous avons emprunté un joli sentier bien vallonné où les jonquilles pointaient leur bout du nez. Nous avons terminé par la visite du village de Sainte Croix en Jarez et de sa Chartreuse, situé sur les contreforts du massif du Pilat, au cœur du Parc Naturel Régional. Ste-Croix-en-Jarez est classée parmi les "plus beaux villages de France". L’ancien monastère est devenu village car les cellules de moines ont été vendues à la Révolution.(Pour info pratique : à 45 mn de Lyon et de Saint-Etienne).

Nous quittons Lyon le lundi 2 Avril pour arriver dans le Jura à midi au Cirque de Baume les Messieurs. L'abbaye est fermée mais nous en faisons le tour et nous décidons d'aller au fond du cirque à pied. Nous traversons le petit village de Baume et nous longeons le Dard jusqu'à sa résurgence. Nous abandonnons la visite de la grotte... est-ce ouvert d'ailleurs car peu ou pas de touriste !
Puis nous partons à la recherche de petites cabanes de berger style nos capitelles de chez nous ou bories dans le Lubéron. Nous rencontrons des marcheuses Francs-comtoises bien sympathiques qui nous indiquent les lieux car elles ne sont pas évidentes à dénicher.
En Franche Comté, je laisse JP s'occuper de ses stagiaires de la Protection des Végétaux et je vais me promener. Malheureusement le temps n'est pas de la partie et mes balades extérieures sont bien compromises. J'en profite pour visiter Ornans et le manifique musée de Courbet restauré en 2011 puis une petite excursion sur le chemin emprunté par Courbet et une petite balade à la source du Lison. Une visite également aux salines de Salins les Bains sur l'Histoire du Sel et de son exploitation en Franche Comté ! De magnifiques galeries souterraines du XIIIème siècle abritent un système de pompage hydraulique encore en fonctionnement.
Dans le salle des poêles, on découvre le dur labeur des sauniers. Ce site est maintenant classé au Patrimoine Industriel Historique inscrit depuis 2002 sur la liste du Patrimoine UNESCO. Cette mine qui extrayait le sel gemme pour le salage des routes a fermé en 1962. J'ai flâné à travers les ruelles et escaliers anciens de Salins malgré la pluie. La ville s'est orientée maintenant vers le thermalisme.

Dernière échappée avec une petite balade aux tourbières de Frasne. Au milieu du XVIIIe siècle, les habitants de Frasne commencent à extraire la tourbe des marais. Cette exploitation durera jusque dans les années 1950. Actuellement les zones humides bénéficient d'une grande protection. En 1974, la commune de Frasne a créé une réserve naturelle de 176 ha. Elle comprend une partie du Forbonnet, la marais de l'Ecouland, le marais du Toureau (ou de l'Ebrenne) et les Levresses. En 2003, cette réserve est devenue une réserve régionale.(très riche en terme de flore et faune)
Ce sont des milieux à caractère très acide qui empêche la décomposition des végétaux en favorisant ainsi la fossilisation (pollens, spores, invertébrés et vertébrés), ce qui permet de retracer le paysage botanique au cours des 15000 dernières années.
Il a été aménagé 2 sentiers de découverte des tourbières avec des pontons dans un paysage nordique. Toujours sur Frasne, j'ai pris le temps de faire une balade avec pique nique dans la vallée du Drugeon (également réserve naturelle) qui m'a fait plonger dans un coin de Canada, un fragment de Taïga, un soupçon de Toundra.
- -- -- - ---

Nous avons terminé notre escapade par la visite du Maconnais et du Brionnais. 2 jolies régions que nous ne connaissions pas. Malheureusement un temps pluvieux ne nous a pas permis de faire de la randonnée, mais nous avons emprunté le circuit des chapelles romanes. (Iguerande, Anzy le Duc, Semur en Brionnais.....). Jolie région de bocage où les vaches charolaises paissent dans les prés clos de haies. Notre pied à terre était à Châtenay près du bourg de la Clayette et je recommande fortement cette chambre d'hôte où l'accueil a été très chaleureux. Madame Jolivet nous a préparé des petits déjeuners "pantagruéliques". Un salon avec un poêle à bois alimenté en permanence et une cuisine étaient à notre disposition. Je joins le lien de la chambre d'hôtes des Bassets.Pour les curieux, un clic sur le diaporama du Pilat, Franche-Comté et un autre sur le Brionnais -----  ----------Maconnais (Brionnais)

lundi 26 mars 2012

Balade à Celles, le village abandonné du Salagou


Ré-éducation oblige pour Jean-Pierre ; nous ne pouvons encore que reprendre de petites randonnées dans l'arrière pays. Samedi 25 Mars, un petit circuit au Lac de Salagou et plus particulièrement au village de Celles sur les berges du Salagou.
Il est situé juste sur les bordures du lac et ses maisons en ruffe typiques sont en ruine ; ce petit hameau détone au milieu des herbes jaunes des rives du lac car il a été abandonné par le maire de la commune et pillé. Plus nous approchons et plus cela devient ténébreux ! Des pans entiers de maisons se sont écroulés,on ne voit que grillages qui protègent des tas de pierres et murs instables. la vie se serait-elle dérobée ? Nous déambulons dans les rues fantomatiques.... lugubres. Les eaux du barrage du Salagou auraient dû partiellement le noyer, il y a une quarantaine d'années, en 1969. La montée des eaux prévue jusqu'à la cote 150, fut stoppée à l'altitude 139, épargnant le hameau, situé à la cote 140. Mais il était trop tard, les gens expropriés avait déjà quitté leurs demeures. Sous les eaux, dorment, englouties, terres et demeures de bergers et de cultivateurs de la vallée.

Il subsiste l'église et l'ancienne mairie devenu un gîte. Il a été racheté par le Conseil Général qui a grillagé l'ensemble pour le sécuriser. Il reste maintenant à le réhabiliter mais il y a un manque sérieux de fonds !

Il a été tourné le film "Zone rouge" de Robert Enrico, avec Sabine Azéma et Richard Anconina.

Le départ de la rando est un aller et retour et s'est fait au départ du parking d'Octon près du hameau de Ricazouls. Pour en savoir plus, cliquez sur le diaporama :

----------------------------------

Stat